La génèse

La vie est parfaite !

Commencer par le commencement. Mais quel commencement ?
A partir de quand ? A partir d’où ?

Je vais commencer par ce temps. Ce temps où je me suis sentie submergée par mon environnement extérieur, et mes émotions. Des expériences par forcément agréables, mais qui ont fait naître en moi ce désir profond et cette nécessité de faire une pause et prendre soin de moi. A travers la psychanalyse et l’EFT, j’ai pu mettre en lumière de nombreuses peurs, comprendre mes actions ou inactions, mes comportements – profondément décidée et prête à me regarder en face. Me mettre à nu, demander de l’aide, dire ce que l’on n’a jamais osé. Aller jusqu’au bout cette fois-ci et ne pas s’arrêter en chemin.

Ce premier accompagnement fut un saut dans mon passé, et m’a permis de m’apaiser
et de prendre de la distance face à mes émotions. Les entendre, les comprendre, les accepter.

Et puis malgré tous mes efforts, et mon envie de trouver des solutions pour avancer, je me retrouvais à nouveau comme «empêtrée», à courir sans fin, sans avancer. Une sorte de sur-place et un enlisement à la fois. Je devais encore travailler sur moi.

Ma sœur fut « une nouvelle fois », mon élan. Soulever l’essentiel : la confiance en soi. Et me voilà partie sur un nouveau chemin, totalement inconnu, celui du développement personnel. Toujours animée par une soif de m’en sortir, et ne plus subir ma vie. Ce fut une continuité. J’avais déjà compris de nombreuses choses. Mais là, ce fut une révélation. Une renaissance. Un travail d’action et de spiritualité. Une reconnexion avec ce que je suis qui m’a libérée de mes fausses croyances.

J’ai renoué avec mes aspirations, qui étaient comme endormies. Les mots et l’écriture sont revenus, bien plus purs.

J’ai toujours écrit : des pensées, des poèmes, des chansons et dessiné. Mon travail de coaching m’a amené à joindre deux domaines : écriture et enfance. J’y avais déjà pensé, mais je n’y avais jamais cru. J’ai commencé à montrer mon travail, mes textes, mes illustrations… A nu. Un exercice difficile mais nécessaire. Ne plus me cacher.

Ce chemin m’a amené à mettre en lumière mes écrits, sans vraiment savoir par quel bout
commencer, ni où j’allais. J’ai retapé tous les textes que j’avais gardés depuis le collège. Tous ces mots qui retraçaient tous les temps de ma vie. Enfance, adolescence, passage à l’âge adulte, maternité, mariage…
Toutes mes souffrances, joies, doutes, interrogations étaient à nouveau face à moi. Cette fois-ci, c’est avec indulgence que j’ai accueilli toutes ces émotions passées. Et j’ai compris. J’avais pleuré, hurlé, chanté la vie, l’amour, en silence.

 J’avais peur de moi et pas confiance. J’avais pleins d’outils pour m’exprimer, ne sachant qu’en faire.

Je me suis rendu compte que tous mes textes étaient ma matière première, et j’ai écrit un essai autobiographique sur ma première moitié de vie «‘Ici et ailleurs » : mon temps de survie et mon temps de vie. (souhait d’édition également !) Encore un travail éprouvant, mais essentiel et libérateur. Je me retrouve avec cet essai, en toute transparence, comme accoucher d’un temps de sa vie : faire sortir, donner naissance et en même temps, une sorte de mort, la mort d’un temps passé qui n’est plus.

Quelques jours plus tard, je prends une feuille et fais des croquis, pose des mots. Sans m’en rendre compte, je viens de faire la version illustrée de mon essai. L’essentiel. Partager, parler, oser, ne pas croire, tendre la main, prendre une main, sourire, pleurer, être en colère, s’isoler, sortir de son isolement, être.

Ce livre (et cet essai) furent salvateurs. Que vais-je en faire ? Si ce livre m’a aidé à mettre en lumière bien des tracas et incompréhensions, pourrait-il aider d’autres personnes ?

Voilà pourquoi aujourd’hui je me livre sans voile, sans pudeur, avec amour, car j’ai appris à m’aimer, me respecter, être beaucoup plus en paix.

Ce livre, et ce chemin, je le dédie à ma fille qui fut mon soleil : prendre soi de moi, pour qu’elle puisse avoir une maman qui sourit. Etre un exemple et surtout être moi-même. à ma sœur, qui fut à maintes reprises près de moi, à me réveiller, me donner l’impulsion. Au père de ma fille, qui fut également un soleil dans mes nombreuses nuits. à mes parents qui m’ont ouvert leurs cœurs et ont allégé le mien. A ma coach, ma psy, ma voisine, ma cousine, mon frère, aux bénévoles d’associations qui donnent de leur temps et de leur amour pour accompagner. à tous les professionnels et anonymes. A toutes ces situations difficiles qui m’ont faites grandir et voir la vie avec bien plus de douceur.

Le chemin est encore long, je l’espère. Les portes s’ouvrent, d’autres se referment. Que celle de votre cœur reste ouverte et que votre vie soit douce.

Virginie SCALERA

 

EN SAVOIR PLUS
Témoignages enfants
Témoignages adolescents
Témoignages de parents
Témoignages de professionnels
Ma bulle à pensées, c’est quoi ?
Un outil pédagogique
Un outil de prévention
La parole libératrice
Un pont entre l’enfant et l’adulte
Témoignages
Un livre pédagogique pour tous
Oser être et partager

encart éditer ma bulle à pensées