Le dégoût

C’est une émotion qui au premier abord ne donne pas envie ! Elle induit l’inconfort, la nocivité et le rejet !

 

Nous pouvons ressentir du dégoût au travers de nos 5 sens : la vue, l’odorat, l’ouïe, le toucher et le goût. Le dégoût est une émotion qui nous pouvons ressentir de façon plus ou moins intense.

LA VUE :
Ce que captent nos yeux peuvent nous faire ressentir du dégoût : un aliment en décomposition, la forme d’un insecte, l’aspect d’une personne… Les médias diffusent également des images violentes qui peuvent nous faire ressentir cet inconfort (maltraitante animale et humaine, guerre, évolution de la planète…). Nous pouvons ressentir un sentiment d’injustice.

L’ODORAT :
Une odeur peut également nous soulever le coeur et nous donner la nausée. Nous pouvons avoir envie de vomir. Cette odeur entre dans notre nez et donc notre corps, d’où ce réflexe de vouloir expulser cette intrusion désagréable. Une odeur peut également nous remémorer des souvenirs inconfortables.

L’OUIE :
Entendre certains propos qui nous heurtent profondément et entrent en opposition avec nos valeurs peuvent également nous faire ressentir cette sensation de répulsion, une envie de s’éloigner de quelqu’un ou d’une situation. « Cette personne ou cette situation me dégoûte ». Certains mots peuvent raisonner de façon très forte fonction de notre histoire, réactiver des émotions enfouies ou nous les faire vivre de façon disproportionnée.

LE TOUCHER :
Certaines substances ou matières peuvent nous répugner. Toucher quelque chose de gras, de visqueux, quelque chose qui grouille… Nous pouvons être mal à l’aise et ressentir du dégoût lorsque quelqu’un entre en contact avec notre corps sans y être invité. Certaines personnes peuvent être intrusives, et avoir des gestes déplacés voir même irrespectueux, intolérables et violents. Nous pouvons parler ici d’attouchement et de viol, de maltraitance.

LE GOUT :
Il s’agit là de ce qui entre dans notre bouche. Nous captons les saveurs et déterminons si cela nous plait ou non. Vous souvenez-vous, lorsque vous étiez enfant, pour manger un aliment que vous détestiez (d’ailleurs ce mot est très fort !!), vous vous bouchiez même le nez et fermiez vos yeux pour ne pas voir et ne pas sentir cet aliment qui vous répugnait ! La bouche est cette ouverture qui permet d’expulser les aliments si nécessaire. Elle est également cette prise de contact avec l’autre lorsque nous embrassons et entrons en intimité. Elle est aussi celle qui a le pouvoir de dire « Oui ou non ».

Le dégoût, tout comme la peur est une émotion très dense et complexe. Il semblerai que tous nos sens soient en alerte ! Parfois, un seul suffira à nous dire « Attention », « Non », « Je n’aime pas », « Je m’éloigne ».

Parfois, plusieurs sens seront en alerte !! Et parfois, la peur ou le choc sera tellement fort que nous n’arriverons peut-être pas à nous protéger. Nous pouvons également être incapable d’utiliser nos sens dans certaines situations car ils seront peut-être anesthésiés par des substances : drogue et alcool. Le dégoût peut être un sentiment que l’on ressent de façon très intime et ressurgir des années après avoir vécu un évènement.

Le dégoût est l’opposé de l’envie. Notre corps instinctivement rejette et s’éloigne car il ressent une insécurité, un malaise. Le corps refuse. Si nous ingérons quelque chose de toxique, notre corps fera alors une indigestion. Lorsque le dégoût se ressent de l’intérieur, c’est que quelque chose en nous n’est pas digéré.

Je crois que les mots ont un pouvoir énorme ! Ceux d’exprimer ce que l’on ressent à l’intérieur ! Faire ressortir, nettoyer, entendre ce que notre coeur et notre corps nous disent. Les mots sont ceux que nous pouvons écouter, voir, écrire et verbaliser pour partager, nous positionner, dire qui nous sommes et comment nous ressentons. Nous avons tous à disposition les mêmes lettres et formons nos propres phrases, avec nos propres sens, notre propre ordre, avec nos propres intonations. Nous les mêlons à nos émotions et ils prennent alors différentes couleurs.

Goûtons à la vie avec envie et désir. Pardonnons nos incapacités et nos sentiments de culpabilité qui n’ont pas lieu d’être. Soyons libres et libérés de ces chaînes qui peuvent toujours être déliées. Réapproprions-nous notre corps, nos pensées et nos rêves. Ecoutons notre histoire, soyons bienveillants et accueillants envers nous-même. Faisons nos choix en conscience. Et si parfois vous ne comprenez pas les blocages ou les raisons qui vous poussent à vous sentir mal, PARLEZ. Allez chercher ce qui vous gène, écoutez et vous comprendrez. Lorsque nous allons à l’encontre, cela nous mène à la rencontre.

Savourons la vie avec envie ! Je vous souhaite plein de bonheurs, de joies, de partages et de sérénité !

 

Retrouvez-moi sur 

Découvrez les ateliers

Contact atelier developpement personnel, emotions et enfant intérieur

Cap ou pas cap ?
L’amour
La colère
Être parent
Etre adulte et se connecter à son enfant intérieur
Les mots nous libèrent
Ma bulle à pensées c’est quoi ?
Témoignages enfants