Faire une pause

Reprendre ma plume, reprendre le fil de mes pensées. Faire une pause. Ecouter le vent, écouter le souffle, ressentir la vie et le bonheur des choses simples.

Se lover dans un fauteuil et bouquiner… Regarder ma fille qui joue… Sourire en regardant le ciel… Chanter, danser, comme une enfant, sans retenue… Se ressourcer dans la nature et partager l’énergie des arbres.

Il est un temps où parfois, tout est confus, tout va vite, trop vite, et le temps file à toute allure. On est comme happé, et à l’intérieur, la colère commence à monter. Stop ! Arrête-toi !

La colère de ne plus avoir de temps. Non,… la colère de ne plus prendre assez de temps.

Pause. Je repars dans mon monde où les étoiles me guident et mon coeur est un joyau puissant. Je souris à la lune en passant, et me délecte de cette immensité et ce calme.

Je danse dans le ciel et mes pas ne sont plus. Je glisse, libre et légère. Au milieu de l’obscurité scintillent milles étoiles. Je ne suis pas seule. Je ferme les yeux et me pose sur une fleur. Elle aussi contemple le monde. Elle vit au rythme des saisons. Elle fait partie du grand tout, et patiente. Forte et fragile.

Pause. Ressentir mon souffle et la vie qui s’écoule à travers mon corps. Mes mains, mes pieds, au dehors comme au dedans, la vie est partout.

Je suis lasse. Lasse de ce mécontentement. Et si on lâchait tout ! Comme des enfants ! Découvrir, apprécier, contempler…

Se satisfaire de ce que l’on a. Se satisfaire de ce que l’on est.

Prendre conscience de la vie et ses merveilles.

Apprécier le lever du soleil sur la route, et ne pas râler sur l’automobiliste devant moi. Regarder les oiseaux, les arbres, la lumière du matin et être heureuse d’être là, aujourd’hui, avec joie, amour et santé.

On ne se rend pas assez compte de notre chance, de notre vie.

Alors ce soir, je prends le temps. Le temps de me retrouver à travers les mots, qui définissent mon âme, mon univers, mes ressentis. Je fais une pause salutaire qui m’amène à me reconnecter avec paix à ce que je suis.

Rêver le jour, pas que la nuit.

Faire de sa vie une toile colorée, et en apprécier chaque trait. Il y en aura des fins, des gros, des sombres et des lumineux. Des joyeux, des tristes, des énervés, des doux… Ils seront ce que j’ai été.

Que ma toile soit encore bien grande pour y semer les graines de mes envies, et y voir fleurir mes rêves.

Semez vos graines aussi, et récoltez la vie avec amour.